Fin de l’aventure apicole 2010

L’activité sur la planche d’envol est au point mort.

Peu d’abeilles sortent. Pas de pollen. La miellé est pourtant toujours en cours.

Funeste présage.

La surveillance se poursuit les jours suivants.

Un fort bourdonnement se fait entendre à plusieurs mètres de la ruche. Cette fois, ce sont des dizaines de mâles qui en sortent. Ils ont un vol lourd. Pataud. Leur nombre élevé et l’absence, ou presque, d’ouvrières finissent de me convaincre.

Une visite de la colonie s’impose.

L’ouverture de la ruche est un peu difficile. Les interstices ont été propolisés. Voilà qui me donne un peu d’espoir.

Cela sera de courte durée et balayé dès le premier cadre soulevé. La plupart du couvain a éclos. Des dizaines de mâles grouillent sur les cadres. Cette ruche est bourdonneuse!

Elle n’a aucune possibilité de se rétablir. A courte échéance, c’est la disparition de la colonie.

La déception est immense. Pourtant c’est un accident normal dans un rucher. Oui, mais avec une seule colonie, la perte est totale!

A regret, l’aventure apicole 2010 se termine… pour mieux repartir en 2011?

Colonie cherche 22680 cm2

La vie de la colonie s’est organisée dans la ruchette.

Ne souhaitant pas les déranger pendant leur installation, le seul moyen de sentir le pouls passe par l’observation de la planche d’envol.

L’activité n’est pas intense comme sur les ruches fortes. N’empêche que le courage ne manque pas ici. Régulièrement, des pelotes de pollen sont livrées par les butineuses, signe qu’un élevage a commencé.

Le temps est beau et chaud, des floraisons sont attendues. Le moment est opportun pour procéder à un déménagement. Une fois l’été passé, il sera trop tard pour les transvaser et j’aimerais rendre la ruchette avant le printemps prochain.

C’est décidé, l’opération aura lieu.

Afin de laisser une place à la ruche, la ruchette est décalée. Les butineuses qui reviennent des champs rentreront alors directement dans la nouvelle demeure.

Le reste de la colonie est déplacé en même temps que les cadres.

Lors du transfert, l’ordre des cadres et leur emplacement est scrupuleusement respecté.

J’en profite pour regarder ce qu’elles ont fait. Du miel en haut, du pollen sur les côtés, du couvain au centre. Cela me semble bon. Quoique ce couvain est un peu gros, bombé et irrégulier. Du couvain de mâle!

Problème avec la reine ou pire, absence?

(22680 cm2 = surface disponible dans une ruche Dadant 10 cadres.)