Un essaim de caractère

Fin 2010, ma première colonie devenait orpheline et bourdonneuse, aussi à regret l’aventure apicole s’arrêtait.
Il faut croire que c’était pour mieux repartir l’année suivante!

En tout début d’année 2011 je décide de poursuivre l’aventure apicole en réservant un essaim pour le printemps à venir.

Après recherche, P.Plantaz à Marnaz propose des abeilles noires sur 6 cadres avec une reine marquée de l’année précédente.

L’enlèvement est prévue pour fin avril début mai; ce qui me laisse à peine le temps de me préparer. Au programme, lecture de manuel apicole et vérification du matériel non sans une certaine angoisse…

Finalement, avec un peu de retard, le jour J arrive. Nous sommes fin mai et l’essaim est prêt. Le rendez vous est pris pour la fin de journée. Les dernières butineuses seront alors rentrées. Après une heure de route, nous sommes sur place. La ruchette est là, pleine à craquer d’abeilles.  Nous faisons la rencontre de P. Plantaz et de sa femme.
Les discussions s’enchainent dans la bonne humeur. C’est un moment agréable. La nuit est maintenant bien installée.

La ruchette prends place dans le coffre. Une sangle vient sécuriser la ruchette. Les abeilles bourdonnent assez fort. Nous faisons la route du retour un peu inquiet en espérant que tout restera bien fermé…

Un peu plus tard, la ruchette prends place à son emplacement. Les portes sont ouvertes.
Il est tard, je vais me coucher un peu crevé en ayant hâte de les voir!

Le lendemain matin de bonheur, je découvre enfin mes nouvelles protégées. Elles vont bien!

La ruchette
Première sortie Continuer la lecture de Un essaim de caractère

Danse avec les abeilles

Depuis peu je suis happyculteur, mais à dire vrai, il me faut devenir apiculteur.

Malgré tout l’intérêt que je leur porte, ce n’est pas le moment d’énerver quelques milliers d’avettes! Je tiens à garder des relations courtoises avec le voisinage et avec « mes » abeilles.

La première opération apicole aura été la capture de l’essaim. Internet est très bavard sur le sujet. Chacun y relate son expérience, par écrit ou par vidéo.

Admettons. N’empêche que rien ne remplace la pratique.

Habillé d’une vareuse légère, je me rends aux abords de l’essaim.

J’entame une préparation, qui ressemble plus à un amalgame de tout ce que j’ai pu lire sur le sujet, qu’à une technique vraiment maitrisée.

Le cas idéal, serait de pouvoir couper la branche où se trouve l’essaim puis de le secouer vivement au-dessus de la ruchette.

Les branches du cyprès sont trop fortes et surtout appartiennent aux voisins.

Variante! La branche sera secouée sans être coupée.

Dans l’hypothèse où la reine tomberait à côté de la ruchette, un drap blanc est étendu par terre.

La ruchette est positionnée sous l’essaim. Le couvercle me sert de poids pour pouvoir secouer vivement l’épaisse couche de feuillage qui coiffe l’essaim.

Un coup puissant et ample devrait suffire.

Des milliers d’abeilles s’envolent. Passé le moment inquiétant – Ce sont autant de dards  volant! – cela en devient presque onirique. Le bourdonnement est intense. Les abeilles ne manifestent aucune agressivité. L’immersion est totale.

Très vite la planche d’envol est envahie de rabatteuses. La maison plaît! Le toit est placé en prenant gare de n’écraser personne.

L’effervescence est à son comble. Je m’éloigne doucement et laissent les abeilles à leurs affaires.

Le toit est placé en rpenant guare à n’ecrasser personne

Happyculteur!

Les abeilles m’attirent depuis bien longtemps.

« Il faudrait que j’essaie un de ces jours », le « un de ces jours » que l’on veut, inconsciemment, lointain.

Il y a bien un rucher école* pas très loin de la maison. Ce serait une bonne approche pour mettre le pied à l’étrier. Oui mais il faut un terrain pour mettre la ou les ruches et puis cela parait compliqué, sans oublier que ça pique!

Bref, cette année encore, le projet était remis à plus tard!

Oui, mais c’était sans compter sur les petits plus de la vie. Les petits évènements que l’on veut absolument prendre pour un signe. Pour se déculpabiliser sans aucun doute.

Ce WE c’est mon anniversaire! Et voilà que dans le jardin un vrombissement fort se fait entendre. Les responsables? Plusieurs milliers d’abeilles qui cherchent une nouvelle demeure!

Continuer la lecture de Happyculteur!