Danse avec les abeilles

Depuis peu je suis happyculteur, mais à dire vrai, il me faut devenir apiculteur.

Malgré tout l’intérêt que je leur porte, ce n’est pas le moment d’énerver quelques milliers d’avettes! Je tiens à garder des relations courtoises avec le voisinage et avec « mes » abeilles.

La première opération apicole aura été la capture de l’essaim. Internet est très bavard sur le sujet. Chacun y relate son expérience, par écrit ou par vidéo.

Admettons. N’empêche que rien ne remplace la pratique.

Habillé d’une vareuse légère, je me rends aux abords de l’essaim.

J’entame une préparation, qui ressemble plus à un amalgame de tout ce que j’ai pu lire sur le sujet, qu’à une technique vraiment maitrisée.

Le cas idéal, serait de pouvoir couper la branche où se trouve l’essaim puis de le secouer vivement au-dessus de la ruchette.

Les branches du cyprès sont trop fortes et surtout appartiennent aux voisins.

Variante! La branche sera secouée sans être coupée.

Dans l’hypothèse où la reine tomberait à côté de la ruchette, un drap blanc est étendu par terre.

La ruchette est positionnée sous l’essaim. Le couvercle me sert de poids pour pouvoir secouer vivement l’épaisse couche de feuillage qui coiffe l’essaim.

Un coup puissant et ample devrait suffire.

Des milliers d’abeilles s’envolent. Passé le moment inquiétant – Ce sont autant de dards  volant! – cela en devient presque onirique. Le bourdonnement est intense. Les abeilles ne manifestent aucune agressivité. L’immersion est totale.

Très vite la planche d’envol est envahie de rabatteuses. La maison plaît! Le toit est placé en prenant gare de n’écraser personne.

L’effervescence est à son comble. Je m’éloigne doucement et laissent les abeilles à leurs affaires.

Le toit est placé en rpenant guare à n’ecrasser personne

6 réflexions au sujet de « Danse avec les abeilles »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *